Skip to content

CulturAmérica

Narrow screen resolution Wide screen resolution Auto adjust screen size Increase font size Decrease font size Default font size default color cyan color green color brick color light color

Omar Sosa

Omar Sosa & Seckou Keita

Salim Lamrani

Référendum à Cuba
Écrit par Philippe Mano   
03-03-2019

Editorial de Cubacoopération

Cuba approuve massivement sa nouvelle Constitution Sous ce titre le journal Le Monde rend compte du résultat du référendum de dimanche dernier. Le projet de nouvelle constitution de Cuba, qui remplace celle en vigueur depuis 1976, a été soutenu par 86,8% des électeurs lors du référendum, dont la participation représentait 84,4% du registre électoral, selon des données préliminaires, annoncées lundi par la Commission électorale nationale (CEN).Sur un total de 7.848 millions de votes, 86,8% ont accepté le nouveau texte, 9% l’ont rejeté et les 4,1% restants correspondaient à des votes blancs ou nuls, a déclaré la présidente du CEN, Alina Balseiro. Ces chiffres incluent les votes de l’exercice électoral de ce dimanche à Cuba ainsi que ceux du week-end dernier en dehors de l’île, auxquels n’ont participé que des diplomates et des membres d’autres missions officielles à l’étranger. Selon les informations fournies par le CEN, un total de 6 816 169 Cubains ont voté "oui", alors que 706 400 ont voté « non ». Les votes blancs étaient de 198 674, pour un pourcentage de 2,53%, et les nuls totaux, 127 100, représentant 1,62% du total. À Cuba, aucun processus de ce type n’a eu lieu depuis 1976, année du vote de la Magna Carta actuelle, qui a ensuite été approuvée par plus de 97% des votants, avec un taux d’abstention de 2%. Et je me permets d’ajouter quelques commentaires. Ce vote massif, libre, direct et secret, fait suite aux mois de consultation de la population rassemblant plusieurs millions de participants qui ont transformé le texte initial à plus de 60 % ! Le quotidien « Le Figaro » remarque que : « l’opposition qui appelle habituellement à s’abstenir ou à voter blanc a mené cette fois-ci une campagne énergique en faveur du non, largement relayée par la diaspora émigrée aux USA … « Les églises catholiques et évangélistes ont joué un rôle important dans cette construction de l’opposition ». Pour sa part le quotidien « La Croix » qui soulignait que le scrutin avait valeur de test, signalait : « désormais les Cubains ont accès à internet surtout depuis le déploiement en décembre de la 3G sur l’Île, TWITTER est devenu la caisse de résonnance des voix critiques… » Rappelons que le texte prévoit l’irréversibilité du socialisme dans l’Île, le rôle dirigeant du Parti Communiste Cubain, il élargit les droits et les garantis individuelles, renforce le pouvoir populaire, celui des municipalités, promeut l’investissement étranger, apporte d’importants changements dans les structures de l’État et reconnaît différentes formes de propriété et parmi elles la propriété socialiste de tout le peuple et la propriété privée. Le résultat de ce référendum sur la nouvelle constitution, plurielle qui respecte la diversité, a été acquis dans des circonstances particulières alors que les menaces des États-Unis sont devenues alarmantes. Le Président Trump qui multiplie les attaques contre le Venezuela a déclaré que les jours du communisme sont comptés dans ce pays souverain, mais aussi au Nicaragua et à Cuba ! Il n’exclut aucun moyen pour y mettre fin ! Discours dangereux, à prendre au sérieux et à dénoncer avec force. Il faut que ce Président « va-t’en guerre » se rende » compte que l’Amérique Latine, malgré les menaces, les intrigues, les manœuvres les plus diverses, défend avec raison et passionnément son droit bien mérité de rester une zone de Paix. Et le peuple cubain, héroïque, vaillant et ferme, la direction politique du pays sortent renforcés de ce formidable exercice de pratique démocratique, avec une nouvelle constitution dont ils veulent faire la meilleure arme pour construire le futur de l’Île.

Philippe Mano

Dernière mise à jour : ( 03-03-2019 )
 
Cuba. Les Cubains auront le dernier mot
Écrit par Cathy Dos Santos   
26-12-2018

 

13 août 2018, à La Havane, l’une des nombreuses consultations populaires sur la prochaine loi fondamentale. Yander Zamora/EFE/SIPA 

Le 24 février, les électeurs se prononceront sur le projet de la future Constitution, au terme d’une consultation de trois mois. Le droit au mariage pour tous a focalisé les débats.

La parole revient aux Cubains. Le 24 février, ils devront se prononcer sur la nouvelle Constitution, après l’adoption, samedi, d’une mouture finale par les 583 députés (sur les 605 que compte l’Assemblée nationale) présents au moment du vote dans le palais des Conventions de La Havane. Loin d’être une simple formalité, le futur texte fondamental, qui devrait remplacer celui adopté par voie référendaire le 24 février 1976, est censé se mettre en conformité avec les bouleversements sociaux, politiques et surtout économiques à l’œuvre dans la Grande Île depuis plus d’une décennie.

La Constitution soumise au vote est l’aboutissement du processus de consultation populaire réalisé sur l’ensemble du territoire du 13 août au 15 novembre. Lors de son allocution devant les parlementaires, le secrétaire du Conseil d’État, Homero Acosta Alvarez, a rappelé que pas moins de 133 681 réunions s’étaient tenues dans les entreprises et centres de travail, dans les quartiers et universités, auxquelles ont participé plus de 8,5 millions de Cubains (sur une population totale de 11,5 millions). Au total 783 174 propositions, amendements, ajouts, modifications, suppressions – dont 2 125 depuis l’étranger, ce qui constitue une première – ont été recensés. Près de 760 changements regroupant plus de 10 000 points de vue convergents ont été inclus, bousculant ainsi les 224 articles initialement soumis au débat.


Dernière mise à jour : ( 26-12-2018 )
Lire la suite...